RACINE

C’est en allant découvrir l’Afrique en 2017 que Katialine Schroeder décide de créer cette série Racine liée au thème du corps. De retour en France, inspirée par son voyage au Sénégal, elle s’interroge sur la problématique de la femme d’ici et d’ailleurs, de son rôle dans la société, du rapport qu’elle entretient avec le désir.

« Ce qui m’a le plus marqué lors de ce voyage, c’est le rapport au temps. Je me suis dit qu’au-delà des stéréotypes qui existent de part et d’autre sur la femme blanche ou noire, il y avait cette notion interne du temps qui nourrit chacune de nous, nous faisant évoluer différemment, et que cette notion-là devait avoir des répercussions importantes sur notre rapport à la féminité. »

RACINE présente huit modèles de robes exposées au festival Les Aliennes en mars 2017. Sculpté, taillé, mixé, déchiré, le tissus est utilisé comme matériau brut. Katialine tresse tout. La tresse comme un retour au source, liée à quelque chose d’ancestral, partagé par de nombreux peuples. « Quand je tresse, c’est étrange et presque magique, je sens que mon énergie se recentre et reprend racine. »

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close